Politiques

Mme Bouayach plaide pour un engagement renouvelé en faveur de la DUDH et la promotion du rôle des pays du sud dans le cadre des mécanismes multilatéraux

Dpress

La présidente du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), Mme Amina Bouayach a estimé vendredi à Rabat, que les défis planétaires en matière de droits de l’homme exigent un engagement renouvelé en faveur du respect des dispositions contenues dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (DUDH) ainsi que la promotion du rôle des pays du sud dans le cadre des mécanismes multilatéraux.

Dans une allocution en clôture des travaux du symposium international organisé sous le thème “30 engagements pour la dignité humaine: l’idéal humaniste universel est-il inachevé ?”, elle a relevé que parmi les défis posés sur ce registre, figurent également des questions émergentes qui nécessitent, à ses yeux, leur identification et ainsi assurer la protection des droits de l’homme à travers des solutions adaptées, citant, entre autres, les changements climatiques et l’espace numérique.

Et de noter que les conclusions de ce symposium marqué par une programmation riche et éclectique, convergent vers un constat selon lequel la communauté internationale a donné naissance à la Déclaration universelle des droits de l’homme dans une perspective inscrite dans la durée et contenant des dispositions basées sur des critères bien définis.

Parmi les défis qui restent posés 75 ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, elle a mentionné ”l’activation des critères et leur effectivité en faveur de tous les citoyens et citoyennes du monde, entre autres, l’égalité, la dignité et la justice” ainsi que ”le recul constaté dans le monde en raison notamment de la multiplicité des parties instrumentalisant les droits de l’homme, le repli sur soi ou encore le délitement du principe de l’universalité des droits de l’homme et ce, contre la résurgence des mouvances identitaires et nationalistes.

Revenant, par ailleurs, sur les travaux de la séance d’ouverture de ce symposium, la présidente du CNDH a souligné que ”le message adressé par SM le Roi aux participants ne traduit pas seulement l’engagement résolu au plus haut niveau de l’État mais évoque également l’effectivité des droits de l’homme ainsi que les grandes problématiques transfrontalières qui entravent cet objectif tout en insistant sur le rôle des pays du Sud dans la conception de nouvelles approches et pratiques en faveur de l’application des principes de la DUDH et autres chartes internationales”.

Sur ce registre, elle a mis en avant ”le processus progressif en faveur de l’effectivité des droits de l’homme au Maroc avec aussi à l’actif du Royaume le renforcement de la pratique conventionnelle, une constitution garantissant les libertés et les droits ainsi que des institutions œuvrant pour la promotion de la culture des droits de l’homme”.

”Et le Maroc ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’il ne cesse d’adapter ses lois aux normes internationales” a-t-elle assuré.

Ce symposium de deux jours a été l’occasion d’approfondir la réflexion pour mieux comprendre et appréhender les défis anciens et émergents posés dans un monde globalisé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page